xx:xx / xx:xx
◔̯◔

Rite Bwiti (extrait) joué par Papé Nziengui

Rite Bwiti joué par Pape Nzengui
source : musée virtuel gabonais (www.gabonart.com)

La télévision de la Forêt

le bwiti (source : wikipedia)
Le Bwiti (ou Bwete) est un rite initiatique originaire des populations Mitsogo et Apinzi du Gabon central. Sa date d’origine est indéterminée, mais remonte au-delà du XIXe siècle, puisque Paul Belloni Du Chaillu, premier explorateurs européen de l’intérieur du Gabon, a déjà pu observer sa présence dans le centre du pays.

Le Bwiti est aujourd’hui largement répandu au Gabon, aussi bien parmi les populations du sud du pays que chez les fang du Nord (diffusion autour de 1910 chez les fang), aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain. A travers les Fang, le Bwiti s’est également diffusé en Guinée équatoriale et au sud Cameroun.

Le rite de passage du Bwiti est centré sur la manducation par le néophyte d’ écorces de racines de l’arbuste appelé iboga ou eboga (Tabernanthe iboga). Divers alcaloïdes présents dans cette plante (notamment l’ibogaïne) possèdent des propriétés psychodysleptiques de type hallucinogène. Pendant le rite de passage, l’absorption d’une dose massive d’iboga permet ainsi au néophyte d’obtenir des visions spectaculaires dont le récit aux initiateurs serviront à valider son initiation.

La branche originelle du rite initiatique parmi les Mitsogo est appelée Bwiti Dissumba. Il s’agit d’un rite de passage pubertaire, strictement masculin. Le Bwiti Dissumba s’appuie sur le culte des ancêtres, notamment à travers des reliquaires contenant les ossements des ascendants défunts.

Le Bwiti Misoko constitue une branche initiatique dérivée et postérieure au Dissumba. Le Bwiti Misoko possède une fonction avant tout thérapeutique (rite d’affliction): le néophyte choisit de se faire initier en cas d’infortune inexpliquée, dont on suspecte la plupart du temps qu’elle a été causée par un sorcier malveillant. Les initiés du Bwiti Misoko sont appelés les nganga-a-Misoko, ou plus simplement nganga. Ils ont une fonction de devins-guérisseurs. Contrairement au Bwiti Dissumba des Mitsogo et des Apinzi, le Bwiti Misoko accepte souvent (et de plus en plus) les femmes en son sein.

—————–
pendant ce temps DE L’AUTRE COTE DE L’OCÉAN …
—————–

“Je venais d’arriver à Quirishari, dans la vallée du Pichis, en Amazonie péruvienne, dans l’intention d’étudier la manière dont les Indiens Ashaninca utilisent leurs ressources naturelles, une recherche de terrain qui devait durer deux ans et me conduire à un doctorat en anthropologie de l’Université de Stanford.

Pour me familiariser avec la vie des habitants du village, je me mis à les accompagner dans leurs activités, en forêt notamment. Au cours de ces balades sylvestres, je leur posais souvent des questions sur les plantes que nous rencontrions. Je me rendis compte très tôt qu’ils maîtrisaient un savoir botanique littéralement encyclopédique. Ils savaient tout des plantes qui accélèrent la cicatrisation, guérissent de la diarrhée, soignent le mal de dos, neutralisent le venin de tel ou tel serpent. Chaque fois que l’occasion s’en présentait, j’essayais moi-même ces remèdes, vérifiant empiriquement que ce que mes consultants indigènes disaient était exact. Inévitablement, j’en vins à leur demander comment ils avaient appris ce qu’ils savaient.

Ils me répondirent, d’une manière qui me parut fort énigmatique, que leur savoir leur venait des plantes elles-mêmes, que les chamanes, après avoir bu une mixture hallucinogène, parlaient, au sein de leurs visions, avec les essences animées ou esprits des plantes, qui sont les mêmes pour tous les êtres vivants, et en obtenaient de l’information.

Ils ajoutaient que la nature est intelligente et parle un langage visuel, non seulement au travers d’hallucinations et de rêves, mais aussi de signes concrets quotidiens. C’est ainsi, par exemple, disaient-ils, que la plante qui à la base de ses feuilles possède deux crochets blancs similaires à ceux du serpent “fer-de-lance”, guérit de la morsure de ce dernier. “Regarde la forme, me disaient-ils. C’est le signe que la nature nous donne”. Comme si une même intelligence animait le buisson et le reptile.”

extrait d’un entretien avec Jérémy Narby paru dans Le Temps stratégique No 73, décembre 1996.

🍉🍉🍉